Innovation & Propriété intellectuelle

La petite e-encyclopédie

Le capital risque

 

L'innovation est par nature un processus très risqué. Une technologie prometteuse peut ne jamais atteindre les performances attendues, voire buter sur des problèmes techniques tels qu'elle ne peut être mise au point avec les moyens prévus. Et si le développement est mené dans des conditions satisfaisantes, elle peut être rendue obsolète par de nouvelles technologies plus performantes ou ne pas connaître de succès commercial. Plus l'innovation est radicale, plus le risque est élevé. Investir dans une start-up innovante est donc une opération qui a plus de chances de se terminer par une perte totale des sommes investies que par la fortune. Dans le même temps, en cas de succès, le taux de rendement des fonds investis au départ peut être exceptionnel. On comprend, dans ces conditions que le financement de l'innovation par l'emprunt n'est pas une solution adaptée. Les banques prêteuses auraient une forte probabilité de ne pas récupérer les sommes prêtées sans pour autant faire de bénéfices exceptionnels en cas de succès. La prétendue frilosité des banques pour financer les PME innovantes est donc parfaitement justifiée. Ce n'est pas leur rôle. Le financement de l'innovation ne peut se faire que sur fonds propres. Mais le développement et l'industrialisation de produits très innovants nécessite souvent des moyens importants que les créateurs de l'entreprise peuvent rarement réunir seuls. Donc, si le ou les premiers tours de tables peuvent reposer sur les créateurs et leurs proches, et parfois sur des "business angels", les phases suivantes du développement doivent faire appel à des sociétés aux moyens financiers étendus. C'est là qu'interviennent les capital risqueurs.

Il s'agit de sociétés financières qui investissent dans des start-up à des stades divers de leur développement (certaines sont spécialisées dans l'amorçage, d'autres interveinnent plus en aval). Elles prennent des participations directement au capital de ces "jeunes pousses". Elles diversifient leurs placements en espérant que quelques gros succès compensent les inévitables échecs. Quand tout va bien, elles réalisent leurs bénéfices sous forme de plus-values lorsque la strart-up est cédée à un groupe ou introduite en bourse.

Liens utiles :

Vous trouverez un annuaire des capital risqueurs français sur le site d'ActuFinance.

 

 
 
 
 
Innovation & Propriété intellectuelle > La petite encyclopédie > Le capital risque - Date de la dernière mise à jour : 16/10/10

© Pascal Corbel, 2010 - Innopi.fr est un site personnel créé par Pascal Corbel, Maître de Conférences en Sciences de Gestion à l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines - 47, boulevard Vauban - 78047 Guyancourt - Conditions d'utilisation